Skip to main content

Aan: Les ministres de l'Environnement (Mme Tellier-ECOLO), du Climat (M. Henry-ECOLO) et de l'Urbanisme (M. Borsus - MR)

Ne laissez pas la Wallonie devenir la décharge électrique de la Belgique

Ne laissez pas la Wallonie devenir la décharge électrique de la Belgique

Le gouvernement Vivaldi prétend que l’arrêt nécessaire du nucléaire entraine automatiquement la construction de plusieurs centrales électriques à gaz méthane. Ce n’est pas vrai : la Belgique peut avoir accès au courant nécessaire sans nucléaire ni nouvelles centrales à gaz. La CREG, le régulateur officiel, le confirme.

Aujourd’hui, les électriciens ENGIE-Electrabel, Luminus-EDF et Eneco veulent construire des nouvelles centrales électriques au gaz fossile en Wallonie, à Charleroi (Roux), au Centre (Manage), à Flémalle (Awirs) et à Seraing (Val).

Ces centrales à gaz seraient très polluantes, dangereuses même pour la santé et le climat. Ensemble ces centrales émettront environ de 6 millions de tonnes de CO2 par an, une augmentation de 16% par rapport aux émissions actuelles de CO2 de la Wallonie. Les fuites de méthane entre le puits et la combustion y ajouteront encore du Gaz à Effet de Serre, responsable du dérèglement climatique causant inondations, sècheresse et tempêtes.

Les centrales électriques émettront également des particules et des oxydes d'azote (NOx), qui auront un impact direct sur la santé des personnes et sur l'environnement bien au-delà des limites de la ville. Elles pollueront les cours d’eau en y déversant de l’eau chaude (30°) et de l’ammoniac.

Nous demandons par conséquent :

1) que les ministres Henry (Climat – ECOLO), Borsus (Urbanisme - MR) et Tellier (Environnement – ECOLO) refusent les permis environnemental et urbanistique pour la construction de ces nouvelles usines à gaz.

2) que les permis qui ont déjà été accordées soient révoqués

3) que le gouvernement wallon investisse massivement dans un approvisionnement en électricité 100% renouvelable, sans combustible fossile ni nucléaire.

Waarom is het belangrijk?

Les nouvelles centrales électriques au gaz sont inutiles, catastrophiques pour le climat, socialement injustes et antidémocratiques !

INUTILE
L'industrie voudrait nous faire croire qu'une élimination complète du nucléaire en 2025 mettrait en danger notre sécurité d'approvisionnement, mais ce n'est pas le cas. Même sans centrales nucléaires, la Belgique dispose d'une capacité de production suffisante pour continuer à nous approvisionner aux heures de pointe (pendant les jours de grand froid). Ceci est confirmé par les études menées par le régulateur de l'énergie, la CREG.

INJUSTICE SOCIALE
400 000 ménages belges vivent dans la pauvreté énergétique. Malgré cela, le gouvernement veut que chaque ménage contribue aux subventions pour la construction des nouvelles centrales au gaz fossile, un mécanisme qui, selon les estimations, coûterait €250 millions par an pendant 15 ans au moins. Cet argent public doit être investi de manière bien plus judicieuse. En investissant à grande échelle dans l'isolation des maisons, par exemple, nous faisons à la fois des économies et nous luttons contre le changement climatique.

UNE CATASTROPHE POUR LE CLIMAT
Le gaz est un combustible fossile et, tout comme le charbon et le pétrole, il émet du CO2 et des NOx lorsqu'il est brûlé. Lors de l'extraction, du transport et de la consommation, de grandes quantités de gaz fossile s'échappent dans l'atmosphère. Le gaz est presque entièrement constitué de méthane, un gaz à effet de serre 86 fois plus nocif que le CO2 sur le court terme. Les campagnes de greenwashing de l'industrie du gaz ont solidement implanté l'idée que le gaz fossile est un « gaz naturel », une énergie propre. Mais si l'on prend en compte l'ensemble du cycle de production du gaz, il est très nocif comme le pétrole ou le charbon.

NON DÉMOCRATIQUE
Les citoyen et citoyennes n’ont pas été impliqués dans l’octroi des permis de construire de nouvelles centrales au gaz. Les réunions d’information se tenaient pendant l’épidémie et les vacances. Au niveau fédéral, une poignée d'acteurs dominent le débat, dont les grandes entreprises énergétiques et le gestionnaire privé de réseau Elia. Leurs rapports volumineux sont remplis de jargon technique, ce qui rend les questions difficiles à comprendre pour les profanes et les personnes extérieures.

Categorie

Updates

2021-09-17 23:22:33 +0200

50 handtekeningen verzameld

2021-09-15 18:56:10 +0200

25 handtekeningen verzameld

2021-09-15 15:47:23 +0200

10 handtekeningen verzameld